Tous les articles par Marie-France Dignac

« Spiderman contre les bactéries du sol »

(Textes écrits lors de la séquence « Ecrire c’est Choisir »)

Version 1

Le soleil se couche à peine sur le complexe sportif du Moulin Bleu à Marcelcave que les héros de la soirée s’engagent sur le ring. Après le discours de bienvenue du Député-Maire de la commune, et dans une salle à guichets fermés, les protagonistes revêtus de leurs habits de lumière s’affairent aux derniers préparatifs. A ma droite, Spiderman, collant bleu et rouge, 80 kg à la pesée. A ma gauche, Pseudomonas dignacii, difficile à percevoir si ce n’est par la délicate lueur du fluorochrome dont elle est affublée pour l’occasion.

Rappelons les forces de chacun : Spiderman prétend au titre mondial des arachnides mi—lourds après sa victoire contre le joker. Il est souple, il est fort. Pseudomonas est toujours à la recherche d’un premier titre. Manque de visibilité, manque de performances. Ou du moins des performances qui restent difficiles à évaluer. Pourtant, on la surnomme « Le couteau suisse » pour ses nombreuses fonctions et services.

Il n’y a pourtant pas de combat ! Par une succession rapide de coup droitases, uppercutases et de directases assénés au plexus, l’outsider vient vite à bout de l’arachnide en collants. KO au premier round, la messe est dite. Vexés d’avoir dépensé leur pécule pour un simulacre de spectacle, les marcelcaviens enfilent un gilet jaune et défilent sur les Champs Élysées de Marcelcave.

Version 2

L’action Bactérie and Co a perdu 5% à la bourse de Francfort ce matin. L’OPA de Spiderman Inc. a refroidi les investisseurs qui ont préféré placer leurs économies dans Macrofaune and Son’s. On reproche à Bactéries and Co des zones d’ombre sur leur comptabilité et l’absence de résultats probants sur leur gamme de produits low-tech. Par ailleurs, il est reproché à la gouvernance une trop grande dispersion dans de nombreux secteurs d’activité, aux dépends d’une visibilité plus efficace de la marque. Rappelons que le PDG de Bactéries and Co, Carlos goshnus, est toujours retenu au Japon pour malversations dans les dossiers de trafic de phosphore, de respiration fantôme, et de défaut de biodiversité.

Lors de l’école thématique/école chercheur Micmo2019, des ateliers d’écriture, animés par Elisabeth Leciak et Tiphaine Chevallier ont permis aux chercheurs de s’essayer à l’écriture de textes à destination d’autres publics que leur public académique naturel.



« Être citoyen aujourd’hui chez les bactéries du sol »

(Textes écrits lors de la séquence « Ecrire c’est choisir. »)

Version 1 

Les frasques des Burkholderia ont encore défrayé récemment la chronique lorsqu’une population de B. cepacia, échappée de son champ de maïs, a fait une apparition aussi soudaine que spectaculaire à la clinique du Géranium. L’incident aurait pu passer inaperçu si ces bactéries telluriques n’avaient pas exhibé honteusement leur pathogénicité et fait étalage de leurs gênes de résistance aux antibiotiques les plus en vue du moment. La population en question a immédiatement été lyophilisée et génotypée pour fichage et ses droits métaboliques lui ont été retirés. En pleine semaine de la citoyenneté microbienne, on peut se demander si ces organismes ont encore leur place dans notre biocénose…

Version 2

On a longtemps considéré les bactéries du sol comme des sous-citoyens, incapable de faire preuve d’interactions avec les autres communautés ou d’apporter un quelconque service à l’écosystème. On sait aujourd’hui que beaucoup d’entre elles prennent leur rôle très au sérieux et sont prêtes à s’impliquer dans la vie locale pour défendre les intérêts de la communauté. Il existe certes certaines guildes très influentes dans le fonctionnement de l’écosystème mais les dernières études socio-microbiologiques montrent que la coopération est plutôt la règle et que les individualistes, plus connus sous le nom de « single singletons », ont du mal à faire leur niche et sont rapidement exclus de toute base de données de séquences…

Lors de l’école thématique/école chercheur Micmo2019, des ateliers d’écriture, animés par Elisabeth Leciak et Tiphaine Chevallier ont permis aux chercheurs de s’essayer à l’écriture de textes à destination d’autres publics que leur public académique naturel.

Eisenia

Petit et actif, il grouilla
Résidus, débris végétaux, il digéra
Humide et mou, il n’est pas très gras
Juste sous ce tas de feuille, il habita
On ne l’entend pasIl ne râle pas
Paul un peu distrait marcha
Et écrasa Eisenia

Lors de l’école thématique/école chercheur Micmo2019, des ateliers d’écriture, animés par Elisabeth Leciak et Tiphaine Chevallier ont permis aux chercheurs de s’essayer à l’écriture de textes à destination d’autres publics que leur public académique naturel. Quelques exemples.

Bactéries

Bactéries, vous nous en faites dire des mots. Certes, on vous ausculte au plus près, on vous affuble de tous les noms à la limite de l’indécence. Il faut dire que vous, vous maîtrisez la résistance car malgré tout ce temps passé en votre compagnie, on ne sait pas quoi faire de vous. Rendez-vous compte, chercheurs que nous sommes, on ne sait pas qui vous êtes.

Lors de l’école thématique/école chercheur Micmo2019, des ateliers d’écriture, animés par Elisabeth Leciak et Tiphaine Chevallier ont permis aux chercheurs de s’essayer à l’écriture de textes à destination d’autres publics que leur public académique naturel. Quelques exemples.

La bactérie

Lors de l’école thématique/école chercheur Micmo2019, des ateliers d’écriture, animés par Elisabeth Leciak et Tiphaine Chevallier ont permis aux chercheurs de s’essayer à l’écriture de textes à destination d’autres publics que leur public académique naturel. Quelques exemples.

Je vais te présenter la bactérie. C’est un petit sac qui paraît tout simple, presque vide. Au milieu trône un chromosome aussi rond qu’une queue de pelle. Quand tu lui offres une douceur, voilà qu’elle s’affole et se réplique pour donner une multitude de petites sœurs qui te disent « merci ». La plupart t’habitent et t’aident mais gare à celle qui porte le gène de la méchanceté ! L’abriter pourrait nuire à ta gaité et à ton bien-être. Par chance, elle n’est pas très fréquente. La bactérie est ton amie même si jamais tu ne la vois et jamais ne t’en soucies !

MICMO2019

La prochaine école-chercheur/école thématique du ResMO est organisée en partenariat avec les laboratoires Eco&Sols et CEFE à Montpellier sur le thème:

TECHNIQUES DE POINTE EN MICROBIOLOGIE POUR CARACTERISER ET COMPRENDRE LES CYCLES DE LA MATIERE ORGANIQUE (MicMO) 

à Balaruc-les Bains, près de Sète du 24 au 29 mars 2019 

Les processus de formation, de transformation et de dégradation de la matière organique sont principalement mis en oeuvre par les microorganismes (bactéries, champignons). Le rôle de la MO dans les services écosystémiques est donc intimement lié à la diversité génétique, fonctionnelle et à l’écologie de ses communautés de décomposeurs.

Depuis près de 30 ans, l’étude du compartiment microbien connait une véritable révolution technologique, que RESMO aimerait rendre scientifiquement accessible à tout ceux de ses membres qui souhaiteraient prendre en compte les microorganismes dans leurs recherches.

Télécharger la plaquette

Lien pour la pré-inscription :
https://goo.gl/forms/dNxZ6huB4AWC5orx1

Le comité d’organisation
Laetitia BERNARD
Alain BRAUMAN
Tiphaine CHEVALLIER
Marie-France DIGNAC
Nathalie FROMIN
Sophie PLEINET

Objectifs de la formation 

  • Définir et partager un vocabulaire commun en écologie microbienne ; 
  • Sensibiliser et familiariser les participants aux nouveaux outils et approches microbiologiques pour qu’ils s’approprient la démarche d’utilisation de ces outils ; 
  • Appréhender les possibilités et les limites des outils présentés (possibilités conceptuelles et pratiques) pour pouvoir les utiliser pour leurs propres questions de recherche ; 
  • Enrichir les questions des participants sur le lien entre fonctions et dynamiques des matières organiques et microbiologie (Qui ? Où ? Combien ? Quand ? Comment ?) ; 
  • Réfléchir à la démarche nécessaire à l’utilisation des grandes quantités de données produites par ces outils (métadonnées) ; 
  • Débattre de la pertinence des échelles d’étude microbiologique pour l’étude des MO ; 
  • Sensibiliser les participants à d’autres formes d’écriture pour expliquer sa recherche. Ecrire pour être lu par des non spécialistes (scientifiques d’autres disciplines et non scientifiques) dans un contexte pluridisciplinaire. 

Fête de la Science 2017 – La petite fabrique des lombrics

 

 

 

Les photos de l’atelier Arts et Sciences de Mistramo