« Spiderman contre les bactéries du sol »

(Textes écrits lors de la séquence « Ecrire c’est Choisir »)

Version 1

Le soleil se couche à peine sur le complexe sportif du Moulin Bleu à Marcelcave que les héros de la soirée s’engagent sur le ring. Après le discours de bienvenue du Député-Maire de la commune, et dans une salle à guichets fermés, les protagonistes revêtus de leurs habits de lumière s’affairent aux derniers préparatifs. A ma droite, Spiderman, collant bleu et rouge, 80 kg à la pesée. A ma gauche, Pseudomonas dignacii, difficile à percevoir si ce n’est par la délicate lueur du fluorochrome dont elle est affublée pour l’occasion.

Rappelons les forces de chacun : Spiderman prétend au titre mondial des arachnides mi—lourds après sa victoire contre le joker. Il est souple, il est fort. Pseudomonas est toujours à la recherche d’un premier titre. Manque de visibilité, manque de performances. Ou du moins des performances qui restent difficiles à évaluer. Pourtant, on la surnomme « Le couteau suisse » pour ses nombreuses fonctions et services.

Il n’y a pourtant pas de combat ! Par une succession rapide de coup droitases, uppercutases et de directases assénés au plexus, l’outsider vient vite à bout de l’arachnide en collants. KO au premier round, la messe est dite. Vexés d’avoir dépensé leur pécule pour un simulacre de spectacle, les marcelcaviens enfilent un gilet jaune et défilent sur les Champs Élysées de Marcelcave.

Version 2

L’action Bactérie and Co a perdu 5% à la bourse de Francfort ce matin. L’OPA de Spiderman Inc. a refroidi les investisseurs qui ont préféré placer leurs économies dans Macrofaune and Son’s. On reproche à Bactéries and Co des zones d’ombre sur leur comptabilité et l’absence de résultats probants sur leur gamme de produits low-tech. Par ailleurs, il est reproché à la gouvernance une trop grande dispersion dans de nombreux secteurs d’activité, aux dépends d’une visibilité plus efficace de la marque. Rappelons que le PDG de Bactéries and Co, Carlos goshnus, est toujours retenu au Japon pour malversations dans les dossiers de trafic de phosphore, de respiration fantôme, et de défaut de biodiversité.

Lors de l’école thématique/école chercheur Micmo2019, des ateliers d’écriture, animés par Elisabeth Leciak et Tiphaine Chevallier ont permis aux chercheurs de s’essayer à l’écriture de textes à destination d’autres publics que leur public académique naturel.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *